Transat J6

Lundi 16 décembre, 6ième jour de mer.
Ça y est, nous sommes au milieu ! Et même plus proches de quelques miles des côtes de La Martinique que de celles du Cap Vert. Nous avions 2100 miles, il en reste 941 en route directe, en fait un peu plus avec les quelques bords à tirer. Nous pouvons enfin nous projeter dans l’arrivée, ca fait du bien. Les guides des Antilles sont de sortie et nous commençons à réfléchir au choix de notre lieu d’atterissage. Très probablement le mouillage Sainte Anne, à droite de la baie du Marin. Philéane et Pierre feuillètent les guides nautiques des Antilles et rêvent devant les photos de lagons aux eaux turquoises.

La nuit dernière, encore une nouvelle étape de franchie dans les conditions sportives de cette traversée. En effet, le vent s’est encore renforcé en début de nuit, ainsi que la fréquence des grains. Avec les claques des vagues encore plus fortes, les accélérations et vibrations des départs au surf, seuls les enfants parvenaient vraiment à dormir. À 1 heure du matin nous avons affaler la grande voile, naviguant sous solent seul. Du coup entre les grains nous nous trainions à 5-6 nœuds, mais au moins nous pouvions dormir…

Ce matin le capitaine trépigne, veut ré-hisser la grande voile pour reprendre un peu de vitesse. Je réussi à le faire patienter jusqu’au passage d’une ligne de grains. Nous mettons ensuite la grand voile avec 3 ris. Quelques minutes plus tard, le vent monte à nouveau jusqu’à 42 noeuds, puis molit. Nous repassons ensuite en vitesse de croisière, 8 nœuds, saupoudrés de pointes entre 10 et 14 nœuds. Quelques grains nous rattrapent à nouveau, mais de jour, ces accélérations sont moins stressantes. Et cette voilure peut encaisser jusqu’à 50 nœuds de vent. La stabilité du bateau dans les pointes nous impressionne. Il n’enfourne pas du tout, nous nous sentons toujours en sécurité. Notre limite est plus psychologique, portée par le risque de casse. Aussi loin de tout, nous ne voulons pas chercher à tester les limites du bateau !
Je relisais hier la traversée de Geoffroy de Bouillane, sur le même bateau (« Un temps pour un rêve »), Ils ont eu très peu de vent et ont mis 15 jours. Certes c’est plus long, mais ils pouvaient prendre l’apéro dans le trampoline, faire le CNED, être dehors au soleil, profiter de cette parenthèse en famille. Pour nous se sera de l’ordre de l’épreuve. Enfin, on ne choisit pas son alizé… À moins peut-être d’être prêt à attendre des semaines une hypothétique fenêtre parfaite !

Pierre vient de me dire qu’il était « de plus en plus content ». Ah bon, et pourquoi? « Parce qu’on se rapproche de plus en plus de la Martinique.  » Oui, tout le monde est content à bord 🙂

Notre position à 18h TU  17 57 N 45 06 W et il nous reste 941 milles à parcourir.

Isabelle

This article was written by william

5 comments:

Maryvonne Etore17 décembre 2013 at 9 h 04 minReply

Vous serez bientôt arrivés et vous pourrez tous chanter comme la compagnie créole
 » bons baisers de Fort de France »
Bises à tous ,prenez soin de vous et joyeux noêl .
Maryvonne et Pierre

HELENE et GERARD17 décembre 2013 at 15 h 53 minReply

Vous avancez à belle allure, c’est formidable ! Nous voyageons avec vous, c’est très agréable, mais plus calme….. j’ai repris votre trajet depuis le départ sur le message du 14 Déc. c’est très bien fait, quel beau parcours !!!! J’ai créé aussi mon dossier WOLF en MER avec toutes vos photos. Un petit encouragement vers La Martinique : une adresse de Restaurant chez Véronique et Bertrand Cotonnec CAFE LE MILANO 60 Avenue des Caraïbes à FORT-DE-FRANCE tél 05.96.60.36.99 (nous avons diné Samedi chez les parents de Véronique-Guy son papa était un collègue de travail de Gérard) vous y serez les bienvenus. En attendant bonne glisse et JOYEUX NOEL aux ANTILLES . A + HELENE

Joël et Tata et Vanessa17 décembre 2013 at 18 h 05 minReply

Bravo pour votre demie traversée, à vous lire on trouve que l’avion est une belle invention ! On est déjà de l’autre coté de votre océan (avec il est vrai un peu de turbulences à l’arrivée a cause d’une tempête de neige) il neige de nouveau sur New York ce qui complète bien les décorations de Noël. Vanessa consulte les images satellitaires de votre zone, elle me dit » il y a
pas mal de vent mais il est régulier et dans le bon sens » ça à l’air bon pour vous donc !? Bon courage et bon vent et surtout
attendez pour tester les limites de votre bateau !!!
On pense bien à vous, merci pour le blog régulier, on vous embrasse.
Joël ,Tata et Vanessa.

martine wolf17 décembre 2013 at 20 h 09 minReply

Isabelle , ce récit est fantastique , nous partageons vos émotions ,un grand merci .
Félicitations à tout l’ équipage , c’ est un véritable exploit vous filez à grande allure contre vents et marées , je suis admirative . Soyez prudents et merci de nous donner de vos nouvelles quotidiennement , c’ est rassurant ;
Bises à tous et à bientôt .Mamie

bernard & jocelyne17 décembre 2013 at 21 h 00 minReply

Bonsoir à tous
La barre des 1000 miles est passé .

C’est pour bientôt .
avez vous désigné le membre de l’équipage qui fera la vigie en tête de mat pour apercevoir la terre .
Sur la Santa Maria le premier a voir la terre recevait une somme d’argent.
bonne route à demain pour la suite de votre voyage .
Biz
Jocelyne et Bernard

MENU