Cuba

DSCF8206-21

Dimanche 16 mars, Camagüey, fin d’après-midi. Nous découvrons notre première  ville cubaine. Des petites places très animées. Par-ci par-là, des plaques commémorant les héros et les dates de la révolution. Très peu de magasins, aucune publicité. Tiens, un vendeur de noix de coco. Pour quelques centimes, les enfants peuvent boire une eau de coco bien fraiche, simplement percée pour y loger la paille. On a l’impression d’être dans une petite ville hispanique, finalement pas très différente de ce que nous connaissions.

En revanche, sur la route entre Puerto de Vita, où se trouve le bateau, et Camagüey, quelle rupture ! Nous avions l’impression d’être à une autre époque, dans un autre monde. Les moyens de transport ? Evidemment, il y a les nombreuses voitures américaines des années 50. Superbes, bien entretenues, ils en sont fiers à juste titre. Puis beaucoup de vélos. Mais il y a aussi de fiers cavaliers et beaucoup de calèches. Dès que l’on s’éloigne des villes, ce sont des moyens de transport communs. On croise ainsi des familles se déplaçant sur des kilomètres. On dépasse parfois sur la route des attelages de bœufs trainant de lourdes charges. Mais la plupart se dirigent vers les champs pour labourer.

Ce qui nous a aussi énormément plu à Cuba est l’accueil dans les casa particulares. Nous avions en effet décidé de laisser le bateau dans la marina où nous sommes arrivés, à l’est de l’ile, et de visiter Cuba par l’intérieur en voiture. En effet, à Cuba, il n’est pas possible de naviguer librement. Les autorités craignent que des cubains ne sortent illégalement du pays par bateau. Il faut donc obligatoirement s’arrêter dans les rares marinas officielles afin de systématiquement y faire les formalités d’arrivée et de départ. La voiture nous offrait ainsi une liberté de circulation idéale pour découvrir Cuba.

Et puis, autre grande richesse de cette option, nous logions chez l’habitant, dans ces fameuses casa particulares. L’accueil y était très sympa et nous passions souvent d’excellents moments à échanger avec nos hôtes sur la vie à Cuba. A Camagüey par exemple, la propriétaire, auparavant juriste, gagnait seulement 25 CUC par mois (25 dollars), soit l’équivalent d’une nuit dans l’une de ses 4 chambres ! Elle s’est donc lancée sans hésiter dans le tourisme.

A La Havane, nous avons arpenté la vieille ville de long en large, admirant les vestiges de façades coloniales, les rues étroites et les nombreuses et superbes places aux bâtiments historiques restaurés. Le soir, apéros et dîners sur une petite place, au son de la musique cubaine. Beaucoup d’orchestres, mais aussi beaucoup de touristes. La vieille ville a beaucoup été rénovée mais la plus grande partie est dans un état de délabrement très avancé. Les familles sont entassées dans des logements en ruine, vestiges du passé doré de La Havane. Ce contraste de la misère et du faste oublié est saisissant.

Après ces 3 jours à La Havane, nous sommes partis au vert dans la vallée de Viniales. Au programme, ballade à cheval en famille dans les champs de tabac. Philéane est ravie, moi aussi – enfin surtout a postériori !

Nous avons terminé notre périple cubain par la visite de Trinidad, sur la côte sud. Une belle ville historique et une casa particulares très sympa. Avant de retrouver le bateau, nous voulions profiter de la voiture pour faire les courses et préparer notre départ pour les Bahamas. Pas simple à Cuba. Il y a des magasins d ‘état pour trouver les produits de base, mais ils sont réservés aux Cubain. Les gens viennent, ils sont sur une liste et prennent les produits auxquels ils ont droit. Nous avons cherché sans succès un supermarché. Heureusement, nous avons fini par trouver des fruits et légumes après avoir parcouru pas mal de kilomètre… Cela suffira bien.

Puis, après 10 jours de pérégrination sur les routes cubaines, nous retrouvons En Arbenn, fidèle au poste. Mais nos amis de Zanzibar, que nous avons eu le plaisir de retrouver à notre arrivée à Cuba, sont déjà partis depuis quelques jours. Pics nics et soirées enchainées nous avaient permis de mieux faire connaissance. Quel plaisir que ces rencontres au fil de l’eau ! Nous comptons bien nous revoir au Bahamas, aux Acores ou dans notre autre vie, entre Genève et Munich…

Cette parenthèse cubaine nous aura énormément plu. Cela changeait de l’ambiance des iles caraïbes, vivant essentiellement du tourisme !

DSCF8144-1

DSCF8145-2

DSCF8147-1

DSCF8152-4

DSCF8156-5

DSCF8157-6

DSCF8160-7

DSCF8164-2

DSCF8165-9

DSCF8169-10

DSCF8170-11

DSCF8174-12

DSCF8175-3

DSCF8179-14

DSCF8184-15

DSCF8188-16

DSCF8193-17

DSCF8194-18

DSCF8199-19

DSCF8205-20

 

DSCF8209-22

DSCF8216-23

DSCF8217-24

DSCF8221-25

DSCF8225-26

DSCF8230-27

DSCF8231-28

DSCF8234-29

DSCF8236-30

IMGP7547-3

IMGP7535-1

IMGP7540-2

 

IMGP7580-4

IMGP7588-5

IMGP7607-6

IMGP7609-7

IMGP7615-8

IMGP7620-9

IMGP7632-10

IMGP7658-11

IMGP7663-12

IMGP7663-12

IMGP7664-13

IMGP7683-14

IMGP7694-15

IMGP7698-16

 

IMGP7704-17

IMGP7711-18

IMGP7712-19

IMGP7723-20

IMGP7759-21

IMGP7760-22

IMGP7664-13

IMGP7683-14

IMGP7694-15

IMGP7698-16

 

IMGP7704-17

IMGP7711-18

IMGP7712-19

IMGP7723-20

IMGP7759-21

IMGP7760-22

IMGP7664-13

IMGP7683-14

IMGP7694-15

IMGP7698-16

IMGP7761-23

IMGP7760-22

IMGP7759-21

IMGP7723-20

IMGP7712-19

IMGP7711-18

IMGP7704-17

IMGP7768-24

IMGP7785-25

IMGP7788-26

IMGP7794-27

IMGP7813-28

IMGP7874-29

IMGP7888-30

IMGP7889-31

IMGP7891-32

IMGP7897-33

IMGP7907-34

IMGP7911-35

IMGP7913-36

IMGP7919-37

IMGP7921-38

IMGP7927-39

IMGP7928-40

IMGP7931-41

IMGP7941-42

 

This article was written by william

4 comments:

Christiane Auger14 avril 2014 at 11 h 22 minReply

Merveilleux reportage et photos magnifiques en noir et blanc! Merci et bonne continuation. Bises.

soeurette14 avril 2014 at 20 h 15 minReply

Tous beaux et de belles photos…une destination qui me donne bien envie!
William: la barbe te va très très bien mais il faut plus de photos!
de grosses bises à vous et aux mexicains,
Erika

martinewolf21 avril 2014 at 11 h 40 minReply

Magnifique , un vrai reportage de professionnel tant les photos que le récit !

Isabelle8 mai 2014 at 23 h 38 minReply

Merci Martine !

MENU