Traversée de Gibraltar à Madère

Traversée de Gibraltar à Madère

Un océan à perte de vue !


3ème jour de navigation, position 33 45 29 N 13 16 61 W (deutsch

C’est aujourd’hui notre 3ème jour en mer et la fatigue se fait un peu sentir…

La première journée fût très calme, une bonne partie de la navigation s’est faite au moteur, dont le passage du détroit de Gibraltar. Puis le vent s’est gentilement levé au large, jusqu’à devenir bien soutenu, autour de 20/25 nœuds la nuit passée. On a été bien secoués, surtout la nuit avec la mer qui tapait sous la partie centrale du bateau. C’est un peu comme dormir avec un gars un peu énervé et surtout très persévérant, qui donne des gros coups de masses sous le matelas ! Mais nous avancions bien, souvent autour de 8 à 10 nœuds (210 milles en 24h), sous voile pourtant réduite histoire de calmer un peu l’agitation du fameux gars… Aujourd’hui, le gars s’est calmé, le vent et l’allure aussi. On se repose donc un peu. Une bonne douche, une bonne sieste et nous sommes prêts pour la nuit suivante, la dernière. Nous avons parcouru 410 milles et il en reste 185. Nous voulions arriver à Funchal, mais la marina est pleine. Nous allons donc à un port plus à l’est, Qunita do Lorde Marina, avant on l’espère, d’avoir une place à Funchal. Nous espérons arriver mercredi en début de soirée.

Les enfants sont en forme, un peu de mal de mer comme nous d’ailleurs, mais pas bien sévère. Ils trouvent un peu le temps long pour cette traversée agitée et cela bouge trop pour le CNED. Pierre a enfin fini par se débarrasser de sa tourista marocaine.

Côté pêche, ce n’est pas bien brillant : un poisson volant est tombé dans le bateau, sinon, le moulinet reste désespérément silencieux…

En deux jours nous n’avons croisé que deux navires : un océan à perte de vue nous entoure !

Fin de la traversée

La fin de la traversée a été tranquille et agrémentée par la pêche de 2 dorades coryphènes et même de 2 calamars suicidaires, que nous avons simplement trouvés sur le pont !
L’arrivée sur Madère était magnifique. Nous avions remis le genaker car le vent s’était calmé. Un joli soleil nous accompagnait pour découvrir l’ile qui naissait lentement à l’horizon. Et arrivés à la marina, nous faisions nos premiers sushi ! Un double bonheur: notre premier vrai repas au calme depuis 3 jours, mais aussi celui de manger enfin notre pêche !
Nous avons finalement mis 3 jours et demi pour cette traversée de 600 milles. Nous ne sommes pas trop fatigués en arrivant, mais avons eu le mal de mer une bonne partie de la traversée. Pas un mal de mer sévère, mais cela ne nous donnait pas envie de faire grand chose. Nous avons aussi été surpris de ne croiser quasiment aucun bateau après le premier jour. Les routes des cargos semblent très  marquées dans le coin.
L’équipage d’En Arbenn

This article was written by william

7 comments:

Sébastien15 septembre 2013 at 14 h 13 minReply

Heureusement qu’il y a des poissons tellement déprimés qu’ils choisissent de venir se suicider sur le pont de votre bateau car sinon vous crèveriez un peu la dalle s’il ne fallait que compter sur vos talents de pêcheurs…

Isabelle24 septembre 2013 at 22 h 19 minReply

Attend un peu… On vient tout juste de louper un espadon plus grand que Philéane… La chance va bien finir par tourner 😉

Maryvonne Etore15 septembre 2013 at 16 h 32 minReply

Grâce à vous la géographie n’aura plus de secrets avec l’atlas à portée de mains pour vous suivre.

Bisous à vous quatre.

Maryvonne

Isabelle24 septembre 2013 at 22 h 26 minReply

Hello Maryvonne,
Notre chemin sur l’atlas nord se poursuit tranquillement… Ce soir nous profitons de la douceur de la soirée en terrasse sur le petit port de la Graciosa, un ilôt à l’échelle de Houat et tous aussi charmant! Il se situe juste à côté de Lanzarotte, Canaries.
Bises & à bientôt
Les En Arbenn

Evelyne15 septembre 2013 at 21 h 06 minReply

Je n’avais pas encore pris le temps de découvrir votre blog.
Ce soir grâce à vous j’ai fait un agréable voyage de Toulon à Madère 🙂
Les photos et vos récits nous enthousiasment, nous qui sommes restés sur terre bien loin de votre aventure
C’est super que vous puissiez enfin réaliser votre rêve
bonne route
bises à tout l’équipage d’En Arbenn

Isabelle24 septembre 2013 at 22 h 15 minReply

Merci Evelyne et Alain pour votre message ! Nous avons terminé l’excellent Pineau des Charente à votre santé et refait un stock de sa petite sœur à Madère. Notre première escale aux Canaries nous enchante : la toute petite île de Graciosa.
Bises, les En Arbenn

Nathalie18 septembre 2013 at 18 h 30 minReply

Bon, comme la pêche, c’est pas trop votre truc et que les enfants meurent de faim, si jamais Pierre veut des saucisses ou Leberkäse, qu’il n’hésite pas à me le dire, je lui envoie 🙂
Grosses bises à vous 4..

MENU